Que faire ensemble ?

Invitation pour La Grande Lessive®

du 19 octobre 2017

« Ma vie vue d’ici… et là ! »

La vie, toujours la vie !

 

 

 

L’invitation adressée à tous pour La Grande Lessive® du 19 octobre 2017 reprend en partie celle de mars dernier « Ma vie vue d’ici », en raison du désir de prendre en considération l’actualité et d’inciter à prolonger la réflexion engagée au moyen de démarches plastiques plus complexes.

En effet, la période actuelle et les événements qui la ponctuent, exercent une pression sur la vie de chacun, où que ce soit dans le monde, d’une manière singulière. Des plus jeunes aux plus âgés, nous sommes ainsi conduits à interroger ce que nous sommes, à questionner nos propres images et celles qui nous parviennent, à comprendre que les agissements des uns et des autres ont une incidence sur nos existences.

Les astronautes qui observent les changements climatiques depuis leur vaisseau spatial nous alertent sur le devenir de notre planète. Les chercheurs en anthropologie découvrent que l’Homo Sapiens a 100 000 ans de plus, et une telle information modifie les origines temporelles et la perception que nous avions de ses sources. Nous serions tous africains dans la mesure où c’est sur ce continent que l’humanité serait apparue, avant qu’une diaspora ne la disperse à travers d’autres continents. Dans la même période, les attentats ne cessent de fragiliser la vie en société et appellent à redéfinir la paix comme la guerre. Les différentes crises liées au changement climatique, aux flux financiers et économiques, et à bien d’autres facteurs, altèrent nos repères, tandis que les instituts de sondages ne cessent de nous annoncer ce que nous sommes supposés faire ou penser, et que les droits d’expression et de déplacement se réduisent ou n’existent plus selon les pays.

Dans ce contexte, une installation artistique éphémère faite par tous a un rôle à tenir. Elle autorise les pratiques artistiques. Elle invite à la réflexion à partir de propositions centrées sur les arts plastiques. Elle initie des rencontres. Elle ouvre à la coopération intergénérationnelle. Elle tisse des liens à partir de « quelque chose de l’art ». C’est pourquoi, l’année des 10 ans de La Grande Lessive®, il a semblé important à l’équipe de bénévoles qui anime cette action, de proposer de s’intéresser de nouveau à ce que sont nos vies, en tirant toutefois enseignement de ce qui a été fait en mars dernier afin de mettre en place des démarches artistiques impliquant de plus en plus d’adultes, et sollicitant de plus en plus de pratiques innovantes.

(Photos J.G.)

Une même invitation pour tous, mais des réalisations diversifiées

(Photo J.G.)

« Ma vie vue d’ici… et là » ne peut ainsi être la répétition de ce qui s’est fait en mars. Les points de vue et, par conséquent, la singularité d’une réalisation seront déterminants. Plusieurs réalisations ne peuvent pas, de ce fait, être semblables. Il est proposé de travailler sur les différences de tous ordres (approches, techniques, angle de vue, etc.) qui peuvent se présenter ou bien être initiées dans les réalisations issues des personnes d’un même groupe (classe, atelier, collectif informel…). Aucun modèle n’a ainsi à être imposé. En effet, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que l’invitation précédente  » Ma vie vue d’ici » avait été parfois « traduite » à l’intention d’autres personnes, et que celle-ci s’était transformée en « quels sont tes loisirs préférés ? » ou « fais comme Andy Warhol et colore ton autoportrait » !

Il est bien difficile de faciliter, puis d’accompagner une démarche créative, sans imposer sa façon de voir et sa conception, tant de l’art que de son apprentissage. La Grande Lessive® − qui n’est pas une action initiée par l’école, mais qui n’en méconnaît pas les exigences pour autant – invite cependant à lâcher prise, sans conduire d’autres personnes à réaliser ce que nous attendons nous-mêmes. Elle demande de coopérer, d’inventer ensemble, de construire.

Confronter des points de vue

(Photos J.G.)

Avec «  Ma vie vue d’ici… et là », il s’agira ainsi pour un même auteur de confronter deux points de vue à partir d’une même situation. Nous ne voyons pas pareil si nous sommes en haut et en bas, couchés sur le sol ou juchés en haut d’une échelle… Un paysage n’est pas semblable s’il pleut, s’il vente ou s’il neige, et selon les émotions, il est possible de ne pas avoir les mêmes expressions du visage, le même ressenti, les mêmes agissements… Le tout-petit a également à apprendre à se connaître et à se reconnaître lui-même, quand un enfant plus âgé doit apprendre à se décentrer de sa propre personne et à comprendre l’effet de ses actes sur d’autres personnes et sur lui-même. L’adulte, pour sa part, n’a pas ni les mêmes critères ni les mêmes impératifs et compétences, et ne se souvient pas toujours que d’autres points de vue existent…

« Ici et là » implique, par conséquent, un déplacement et peut-être plusieurs réalisations, deux par personnes ou bien une faite par l’un et une autre faite par un autre en réponse, en écho ou en pendant à la première afin d’instaurer un dialogue et du lien au moyen de la pratique artistique et d’un dispositif qui permet de suspendre à un même fil des réalisations faites par tous.

Il s’agira aussi de solliciter des moyens plastiques moins traditionnels que ne le sont le dessin et la peinture. Le procédé du photomontage apparu au début du vingtième siècle et l’utilisation d’images découpées dans des magazines avant d’être collées sur un support constitue l’un des moyens de questionner l’actualité et d’en détourner les témoignages à des fins créatives. L’utilisation de matériaux issus du quotidien présente également une voie possible afin de rendre plus attentif à ce qui nous entoure et agit sur nous-mêmes. La photographie analogique ou numérique offre également des ressources infinies qui vont du témoignage, de l’instantané à la création d’images complexes confrontant les expériences et ouvrant sur des univers inattendus. Les poésies visuelles peuvent associer images et graphismes, textes et images, vide et plein, couleur et noir et blanc, etc.

 

(Photos J.G.)  

Explorer de nouvelles techniques

La Grande Lessive® offre l’opportunité d’explorer de nouvelles techniques. Empruntez des voies qui ne vous sont pas familières ou inventez les vôtres. Toutes les formes graphiques sont possibles, comme le sont tous les styles de peinture, de collages, de photomontages, de réalisations au moyen du numérique, de poésie visuelle, etc.

Questionner l’art d’ici et d’Ailleurs

La Grande Lessive®est une installation qui court, grâce à vous, tout autour de la Terre. « Ma vie vue d’ici… et là » invite à le donner à voir en manifestant la singularité de ce qui se fait en Océanie ou dans une archipel de l’Océan atlantique, dans une ville d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique, dans un petit village ou dans une mégapole… Tout ne peut se ressembler ! Et tout ne peut surtout n’avoir pour référent que ce qui se fait à l’école ! Ouvrons ensemble les pratiques à la diversité, manifestons la présence des arts d’Ailleurs car nous n’avons pas tous pour ancêtre Léonard de Vinci !

Faisons en sorte que les adultes trouvent leur place dans cette installation artistique éphémère. Le dialogue par réalisations interposées entre des enfants et leur famille, la collaboration entre adultes afin de réaliser ce qu’un seul n’aurait pas été capable de faire, l’échange de pratiques, l’invitation à imprimer les images que les smartphones archivent à longueur de journée… peuvent être des moyens sollicités afin que la dimension intergénérationnelle de La Grande Lessive®, se manifeste davantage et pour prendre en considération l’extrême difficulté de la plupart des adultes à aller vers « quelque chose de l’art » grâce à ses pratiques.

La Grande Lessive® juin 2017

(Masque, Musée d’arts africains, amérindiens et océaniens, Marseille)

(Image trouvée sur Internet sans légende)

 

 

Plus de pistes