Format

 Le format est le format A4

3

 Pourquoi ce format ?

  Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il existe un format communément partagé. C’est le format A4. En Amérique du Nord, les dimensions des feuilles s’en distinguent un peu. Partout ailleurs, ce format s’impose en témoignant, à la fois, d’une communauté qui rassemble, et d’une normalisation qui impose à tous des pratiques dont l’origine est souvent à rechercher dans des modes de production mécanisée et des impératifs de gestion de l’information. Le format A4 s’impose ainsi comme celui des échanges professionnels, des factures, des injonctions, des contrats publics ou privés… Il demeure rarement celui de la lettre d’amour ou bien un espace créatif dédié à une écriture ou à des graphismes orientés vers l’art !

Le détournement

  Choisir d’en faire le support d’une création personnelle revient de la sorte à le détourner d’un usage attendu. Un tel détournement rejoint celui de la pince et la linge et du fil utiles aux grandes lessives d’autrefois. Dans les deux cas, il est question d’interroger de pratiques sociales, et de s’en emparer au sein d’un dispositif ayant pour objectifs de développer le lien social et la pratique artistique.

Un dispositif commun

  D’un point de vue artistique, il est intéressant d’adopter un format commun afin de donner à l’installation artistique qu’est La Grande Lessive® une esthétique singulière. L’unité et le tout s’articulent par la multiplication à l’infini d’un même format au sein d’un dispositif d’exposition commun. Cependant, il s’agit également d‘utiliser la contrainte du support en contrainte créative. En effet, déclarer que « chacun peut faire ce qu’il veut comme il veut » est loin de faciliter l’émergence d’une quelconque liberté. Bien au contraire, cela aboutit la plupart du temps placer celui qui ne sait pas dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit.

  En adoptant un même support, nous nous posons des questions qui permettent – sur le moment ou par la suite – de découvrir comment faire, puisque nous disposons de repères pour savoir comment d’autres ont procédé alors qu’ils se trouvaient confrontés aux mêmes contraintes de format et de thème. Nous disposons également de limites qui, certes, peuvent éveiller le désir d’entreprendre une réalisation sur un support plus vaste (et alors pourquoi ne pas le faire par ailleurs également ?), mais cette surface réduite rassure, car elle place littéralement à portée de main, et pour tous, une possible progression vers quelque chose de l’art.

Apprendre ?

  La dimension formative de La Grande Lessive® se situe là en partie. Ne lançons-nous pas un défi fou en tentant de créer les conditions d’une pratique artistique largement partagée par tous, petits et grands, artistes ou non ? Que penserions-nous d’une société dans laquelle seuls ceux qui savent déjà marcher ou parler dès la naissance, sans avoir pris le temps d’apprendre, pourraient le faire ? Que penserions-nous d’une action qui distinguerait les artistes des autres en les autorisant à travailler sur des grands formats et à exposer plusieurs réalisations, quand d’autres devraient restreindre leur participation à une dimension symbolique épargnant à la vue des premiers pas malhabiles ou peu informés ?

Faire œuvre commune

  La Grande Lessive® n’est pas une exposition de fin d’année où s’affiche ce qui a été fait en classe ou en atelier des réalisations orientées par l’étude. C’est une installation artistique faite par tous, au même moment, dans le monde entier. Elle peut s’improviser car elle advient d’un coup avant de disparaître. Une seule réalisation suspendue à un fil n’est pas une œuvre. Ce qui fait l’œuvre est la contribution collective à un même dispositif selon un protocole commun. La compréhension et l’effort qu’un tel respect sollicite relève de la démarche artistique.

IMG_7836

611e7a337786367787347fa533f90ad2000000000