Les amis de La Grande Lessive® 

Appel des amis de La Grande Lessive®

Apprendre et créer : une urgence par temps de crise !

De même que le langage s’apprend grâce aux échanges diversifiés et prolongés, quelque chose de l’art se développe grâce aux actions initiées par la famille, l’école, les institutions artistiques et culturelles, les collectivités, les associations, et sous l’effet d’autres modalités telles que la lecture, la télévision et l’usage de nouveaux médias, mais également grâce à l’impulsion donnée par des manifestations qui s’invitent dans le quotidien de la cité.

L’enfance ne compose pas la seule période de la vie dédiée aux apprentissages orientés vers l’art. Toutes les générations, tous les milieux sont concernés. Inversement, quels que soient notre âge et notre fonction sociale, nous contribuons à construire et à transmettre des représentations de tous ordres liées à l’art en train de se faire, à ce qui s’en apprend et/ou à ce qui s’en enseigne. Avec quels résultats, aujourd’hui ? La pratique artistique reste le plus souvent associée au loisir et à la détente, ce qui minore sa portée formative et ses enjeux multiples. Pour la plupart d’entre nous, l’art semble donc hors de portée et être le fait d’une minorité. Les décisions politiques comme les jugements de valeurs en conservent l’empreinte, tandis que la consommation culturelle situe la plupart d’entre nous du côté du « spectateur/client », et non sur le versant de créateurs potentiels.

Et pourtant… Bien que nous ne soyons pas tous peintres, photographes, vidéastes, performeurs, grapheurs, sculpteurs ou plasticiens, pourquoi ne pas tenter d’explorer la contribution des arts plastiques à notre vie pour imaginer, formuler, communiquer, créer ? Cela ne fera pas de nous des artistes, mais nous engagerons ainsi un dialogue avec un territoire que nous méconnaissons peut-être, que nous ne tentons plus d’investir ou bien que nous abandonnons à d’autres. Quant à ceux d’entre nous qui sont artistes, cette action partagée composera un temps singulier de leur parcours qui se nourrit déjà de rencontres, de réflexions et d’échanges.

Au terme de nos études – qu’elles aient été brèves ou longues–, nous n’arrêtons pas subitement de parler ou d’écrire au prétexte que nous ne sommes pas devenus écrivains ou poètes. Nous imaginons en revanche qu’il devient facultatif de solliciter ce qui a trait aux arts plastiques et visuels, à leur pratique. Or nous évoluons désormais dans un champ social qui sollicite, en permanence, et pour toute démarche, des documents composés de textes et d’images fixes ou mobiles qui ne cessent de réinventer leurs langages, leurs codes, leurs formes et leurs supports, en s’éloignant toujours plus vite de ceux qui nous ont servi à apprendre. Nous sommes donc contraints de prendre en charge de nouveaux apprentissages afin de rester en phase avec ce qui s’appelle la vie. Et cette entreprise à réitérer chaque jour, en toutes circonstances, s’avère souvent insurmontable. Elle contribue de facto à accroître les inégalités culturelles et sociales.

C’est pourquoi il est important de réaffirmer l’indispensable accès de tous à l’enseignement, à l’art et la culture, ce qui passe (entre autres) par des enseignements artistiques intégrés à la scolarité obligatoire dès le plus jeune âge, par l’essor de l’activité des services éducatifs des établissements culturels et artistiques, par une aide aux associations qui développent des pratiques innovantes dans le champ artistique, et par une offre télévisuelle à la fois informative, pédagogique et créative. Le nécessaire soutien à apporter à la création contemporaine s’inscrit dans cette perspective qui situe l’art et sa pratique au cœur de ce qui fait notre humanité et de ce qui nous oriente vers demain. Dans un contexte de crise, n’y a-t-il pas urgence à être tous créatifs ? N’est-ce pas l’une des priorités pour concevoir des solutions pour vivre ensemble et initier de nouvelles pratiques avec les moyens qui sont à notre portée ?

Soutenir La Grande Lessive®

Il y a ainsi à inventer des démarches afin d’apprendre ensemble, de solliciter la créativité et de développer le lien social. La Grande Lessive® est une manifestation artistique organisée dans la cité, ouverte à tous, et qui interroge notre rapport à l’art. Elle a été créée en 2006 par la plasticienne Joëlle Gonthier. Depuis lors, elle est animée par une équipe de bénévoles disséminée partout où cette action a lieu.

La Grande Lessive® associe l’élaboration individuelle et la réalisation collective en reprenant le principe d’étendage du linge comme modalité première d’exposition. Sous la forme de plusieurs milliers d’installations simultanées dans le monde entier le temps d’une journée, il s’agit de rassembler, deux fois par an, les réalisations – et, en quelque sorte, les effets – d’une famille qui s’ignorait. Avec des fils, des pinces et des réalisations de format A4, une installation artistique éphémère est ainsi créée. La modestie des moyens et le choix d’un format partagé de manière universelle en font une action simple et fédératrice qui s’est déployée, à ce jour, dans des milliers de lieux situés dans 97 pays sur cinq continents et qui a rassemblé plus de sept millions de personnes. Des villes entières s’engagent désormais dans cette action qui se déroule à ciel ouvert dans les rues, sur les places, dans les quartiers, ou bien dans des lieux inscrits dans la cité (établissements scolaires et universitaires, musées, médiathèques, centres culturels, hôpitaux, maisons d’arrêt…). Le Musée de l’Or de Bogota, la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis, ont (entre autres) déjà organisé cette manifestation.

Le succès de La Grande Lessive® appelle de nouveaux développements et nécessite des moyens matériels et humains supplémentaires. Si cette aventure collective entre en résonance avec votre démarche et vos engagements, nous vous invitons à y contribuer en l’organisant ou en y participant, et en manifestant votre soutien sur le site www.lagrandelessive.net où la rubrique « Nous aider » propose différentes modalités pour ce faire.

Nous publions ici les premiers signataires de cet appel. Le compte https://www.facebook.com/lalessive vous permettra de découvrir également des milliers d’autres amis partageant tout ou partie de cette action. Nous les remercions tous.

 

Yves Clot (Professeur des Universités, Chaire de psychologie du travail, CNAM),

Jeanne Damamme (Ancienne Conservatrice du Musée du Jouet de Poissy),

Wilfrid Estève (Photojournaliste),

Camille Lacoste-Dujardin (Professeure des Universités, ethnologue 1929-2016),

Yves Lacoste (Professeur honoraire des Universités, géographe, fondateur de la revue Hérodote),

Jacques Legrand (Professeur des Universités, enseignant de langue mongole, ancien Président de l’INALCO/langues orientales),

Brigitte Le Grignou (Professeure de Sciences politiques, Université de Paris-Dauphine).

Pascal Lièvre (Artiste),

Corinne Mercadier (Photographe)