Ateliers express !

Ateliers express !

Que faire de « Pierres à images et pierres à imaginer » ?

Nous vous proposons des approches qui questionnent l’invitation en vue d’alimenter la réflexion et les pratiques des participants, sans leur imposer un modèle. Il s’agit ici d’amorcer une pratique. D’autres pistes sont présentées à la rubrique « Participer » et la page Que faire ensemble ? détaille l’invitation.

1

  1. Se demander ce qu’est une « pierre à images ».
  2. En consultant des différentes sources.
  3. En explorant différentes versions : « pierres de rêves », « pierres figurées », etc.
  4. En voyageant ainsi à travers le territoire où l’on réside, le Monde (Europe, Asie, Moyen-Orient, Australie, etc.), les époques (Préhistoire, Antiquité, Moyen-Âge, etc.) et les démarches artistiques.

2

  1. Se demander ce que signifie « pierre à imaginer ».
  2. Quand on ne dispose pas de pierre, il s’agit d’en concevoir une ou plusieurs (avec quels matériaux, quels aspects et formes, quelle taille, quel usage, quelle signification, etc.).
  3. Quand on en possède une, il est possible de l’imaginer sous une autre apparence, une autre dimension, dans un autre lieu ou dans une autre situation, assemblées avec d’autres, etc. ou de la doter de propriétés singulières et inattendues.

3

  1. Se demander où l’on découvre des pierres et en quelles occasions ? Promenades, travail (fouilles géologiques ou archéologiques, chantier, extraction dans gisement, etc.).
  2. Se demander quels usages il en est fait ? Construction, sculpture, artisanat d’art, etc.
  3. Se demander qui la travaille, mais aussi qui la regarde. Par exemple pour une « pierre à images » ou « pierre de rêves », qui la découvre et qui discerne des images ou rêve ?

4

  1. Confronter une pierre qui existe à une pierre imaginée.
  2. Tenter de les rendre identiques ou d’accentuer leurs différences.
  3. Conserver des traces (empreintes, dessins, photos, etc.) des opérations effectuées.
  4. Exposer recto-verso l’aboutissement de la démarche et les témoignages en images du processus créatif.

etc.

Il existe d’innombrables pistes. L’important est de demeurer au plus près de la formulation de départ pour entreprendre un questionnement à la fois formateur et créatif.

En effet, il est tellement aisé de refuser d’entendre ce qui est demandé et de se diriger vers d’autres voies, qu’il n’est pas nécessaire d’attendre La Grande Lessive® pour y parvenir.

Si vous décidez de contribuer à ce projet commun qui se manifeste dans une installation artistique éphémère faite par tous, comme il est de mise dans tout jeu de société, il y a à en accepter les règles ! À vous de jouer et au plaisir de vous retrouver !