Les démarches d’artistes et les documents que nous présentons sont des repères qui autorisent, sans imposer. Ils ne sont pas des modèles à copier. Ils découvrent des univers singuliers. Des centaines d’autres voies existent par ailleurs. À vous de les identifier en naviguant sur le Net, en lisant, en visitant musées et expositions, en multipliant les rencontres… avant de revenir vers l’invitation « Inventons notre histoire ! » enrichi·e·s d’une multitude de propositions.

L’histoire, l’actualité, le récit, les fables, les mythes, les témoignages et leurs illustrations factuelles ou fantaisistes ne sont pas des nouveautés en arts, mais c’est à notre tour de mesurer ce qu’impose un tel projet.

Il est fréquent de se demander à quoi servent les arts plastiques. En ce cas précis, ils servent à travailler l’histoire telle une matière vivante, « plastique ». Le confinement et la période actuelle incitent à se poser des questions existentielles, à s’intéresser à l’authentique et à ce qui fait sens, à prendre soin des autres et de soi-même, à reconsidérer l’extérieur et l’intérieur (« son intérieur »), le rôle des invisibles et, en particulier, celui des femmes, autant que la place accordée à la santé, au travail, à l’école, à la culture et aux arts. De ce fait, définir un point de vue et choisir par quels moyens artistiques le donner à voir à d’autres personnes, est décisif tant le champ des possibles est étendu.

Pour y aider, des pistes de travail accompagnent ces réflexions en proposant des pratiques : détournement, collage, parodie, photomontage, prise de vues… Nous n’avons pas mélangé nous-mêmes ces ingrédients afin de vous laisser le soin de le faire, car les idées viennent par association, combinaison, mutations… Une telle élaboration vous regarde.

Kai ALTHOFF (né en 1966)

Kai Althoff varie les medias (dessin, vidéo, sculpture, musique, photographie…) et change sans cesse d’esthétique.

Sa démarche s’intéresse aux formes et aux styles de vie issus de projets libertaires alternatifs des années 70.

Ghada AMER (née en 1963)

Ghada Amer réalise des toiles brodées conjuguant des points de vue conflictuels sur les stéréotypes féminins.

Elle représente, entre autres, des femmes effectuant des tâches domestiques.

https://www.ghadaamer.com/

Olaf BREUNING (né en 1970)

Olaf Breuning varie les médiums et utilise aussi bien la peinture d’histoire que le langage cinématographique hollywoodien ou l’affichage publicitaire. Son univers surréaliste mêle artificiel et authentique, ainsi que les codes les plus divers.

https://www.olafbreuning.com/

Gustave COURBET (1919-1877)

Gustave Courbet peint un monde familier, domestique, sur de très grandes toiles. « Il estime que l’histoire contemporaine, fût-elle celle des gens du peuple, mérite ces grands formats. En affirmant que « L’art historique est par essence contemporain », Courbet exprime son désir de réformer la peinture d’histoire. Le titre original de l’Enterrement, Tableau historique d’un enterrement à Ornans, est de ce point de vue emblématique ». (Musée d’Orsay)

https://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire_id/un-enterrement-a-ornans-130.html?no_cache=1&S=1

Eugène DELACROIX (1798-1863)

   Eugène Delacroix est un artiste majeur du romantisme français. La mort de Sardanapale provoque en 1827 un immense scandale dans le monde de l’art, par sa modernité. Véritable manifeste romantique, par son sujet et sa facture, la toile témoigne plus largement d’une prise de position nette dans la querelle du coloris.

https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-mort-de-sardanapale

Thomas HIRSCHHORN (né en 1957)

L’artiste conçoit des œuvres qui privilégient les matériaux jetables avec lesquels il imite et parodie des sujets avant de les relier par des cordons ombilicaux. Tout est montré comme étant lié à tout le reste.

http://www.thomashirschhorn.com/

Andreas HOFER (né en 1963)

Andreas Hofer s’intéresse à des thèmes existentiels et à la terreur. Il utilise différents médiums pour convoquer, entre autres, des démons du passé, des mythes, des superhéros, le romantisme allemand, et transformer les espaces qu’il investit en univers magiques.

L’illustration 

   L’illustration est un célèbre hebdomadaire illustré français publié pendant plus d’un siècle à partir de 1843 qui propose d’essayer son « incroyable moteur de recherche pour revivre l’histoire au présent ». (sic) https://www.lillustration.com/. Deux unes ont retenu notre attention : l’une évoquant la guerre et l’autre représentant un écolier masqué pour se protéger contre les projectiles asphyxiants.

Navin RAWANCHAIKUL (né en 1971)

Navin Rawanchaikul se réfère souvent à des rêves cinématographiques, des histoires d’amour ou à toute autre support permettant d’explorer le sens de la vie. Il utilise des récits visuels et souvent la bande dessinée pour créer des installations dans des espaces publics et solliciter la participation.

https://www.guggenheim.org/map-artist/navin-rawanchaikul

Mickalene THOMAS (née en 1971)

Mickalene Thomas convoque de multiples références : histoire de l’art européen, Blaxploitation, afrofuturisme, art contemporain africain, mode des années 70, décoration d’intérieur…

Jeff WALL (né en 1946)

De nombreuses œuvres de Jeff Wall montrent des scènes quotidiennes. Il s’intéresse à la société et utilise un réalisme critique à la manière d’Édouard Manet (1832-1883) qui se voulait le peintre de la vie moderne et auquel l’œuvre de Mickalene Thomas fait aussi référence. Ses prises de vues photographiques sont souvent mises en scène (dans des boîtes lumineuses) et retravaillée sur ordinateur pour manifester une dimension cinématographique.

https://jeffwallphoto.wordpress.com/

Marnie Weber (née en 1959)

Marnie Weber est une artiste multimédia qui réalise des mises en scène photographiques d’inspiration surréaliste.

https://www.marnieweber.com/costumeRecent.html