En région Centre-Val-de-Loire : art, santé, lien social

En région Centre-Val-de-Loire : art, santé, lien social

 

Vidéo La Grande Lessive® à Montrichard en mars 2019

   Une manifestation d’art participatif n’exclut personne au risque de choquer les tenants de pratiques artistiques conçues sur d’autres bases. L’équipe de La Grande Lessive® remercie Philippe Sardo, art-thérapeute, et ses collègues, de l’avoir compris et de coordonner la mise en place d’un projet « Grande Lessive » qui rassemble des personnes porteuses de handicaps moteurs et/ou psychiques, leurs familles, et ceux qui les accompagnent et les soignent. Chaque participant s’engage ainsi dans une pratique artistique coopérative qui met de côté toute caractéristique médicale ou sociale.

  Nous plongeons, grâce au témoignage de Philippe Sardo, dans l’univers du soin et de l’accompagnement à la personne dont nous ne sommes pas toujours familiers des institutions, en dépit du fait que nous sommes potentiellement tous concernés par le handicap. C’est pourquoi un glossaire aide à découvrir les principaux acteurs de ce secteur. Suivez les astérisques !

Un processus de coopération institutionnelle

    Dans la région Centre-Val-de-Loire, onze établissements et services de la Mutualité Française* centre Val-de-Loire (notamment La Grande Maison*, l’IEM* Charlemagne, les SAMSAH* de Blois, Romorantin et Tours, les GEM* AMILA de Blois et sud du département 41, les GEM de Tours centre et sud, le SSIAD*, le SAVS et la Maison Relais de Joué-les-Tours) se réunissent autour de La Grande Lessive® avec le soutien d’élus. Le projet a débuté lors de l’édition d’octobre 2018 et se poursuit en 2019. Chaque équipe intègre La Grande Lessive® dans ses accompagnements au gré des invitations : « Un fil, des fils, une trame » ; « De la couleur ! » ; et bientôt « Paysages du bord de Terre… à l’instant T ». Des points réguliers sont faits entre les différentes équipes pour préparer les étendages.
    En mars 2019, les réalisations ont investi, entre autres, la ville de Montrichard. En octobre 2019, une nouvelle étape sera franchie, car la ville de Tours mettra à disposition les jardins du Musée des Beaux-Arts. L’étendage dans ces lieux permettra de créer un événement artistique qui interrogera la place des personnes handicapées dans la cité comme le statut de leurs réalisations en regard de l’art en train de se faire. Ce processus renforce les liens inter-établissements, provoque des rencontres et des échanges, et amorce des collaborations au sein des structures impliquées et avec des partenaires extérieurs.

 

Des surprises ou des déplacements ?

    Philippe Sardo qui coordonne ce projet, témoigne de certains de ses effets sur les personnes qui y participent. Il est impossible de décrire la teneur et l’ampleur des handicaps pour des raisons éthiques et médicales, mais également parce que, dans un lieu d’exposition, aucune fiche médicale n’accompagne le nom des artistes. Pour aider votre lecture, il est néanmoins nécessaire que de ne pas oublier que nous n’agissons pas tous dans les mêmes conditions, n’avons pas tous la même capacité à penser et à agir, le même accès au plaisir, la même conscience de la douleur, du bien-être, la même vie sociale et les mêmes espérances de vie.

  Dans les mois qui viennent, d’autres récits restitueront une part du travail entrepris afin de réfléchir, en particulier, à comment fédérer, grâce à ce projet, des personnes et des institutions issues d’autres horizons et souligner l’intérêt des pratiques artistiques tant d’un point de vue individuel que collectif.

     » Une jeune personne accompagnée par le SAMSAH s’est fortement investie dans le projet, avec comme moyen d’expression artistique la photo. Lors de la journée de mars 2019, elle s’est retrouvée parmi les 150 participants et quelques autres personnes accompagnées par le SAMSAH. Les liens n’étaient pas établis entre ces différentes personnes. Or, suite à cette très belle journée, cette personne explique qu’elle continue à faire des photos dans la ville en lien avec l’invitation « De la couleur ! » et qu’elle a même convié une autre personne accompagnée par le SAMSAH, elle aussi fan de photos. Depuis, elle font des sorties photos, mais également des sorties cinéma. Dans le projet d’accompagnement de ces deux personnes, l’investissement dans la cité et les liens sociaux étaient des axes à travailler. La Grande Lessive® organisée à Montrichard en mars 2019 a favorisé ce travail.

  Lors de cette même journée à Montrichard, en plus des établissements de la Mutualité, nous avions convié un ITEP* à nous rejoindre. Cet établissement reçoit des enfants ayant des troubles du comportement. Avec leurs instituteurs et leurs éducateurs, les jeunes ont préparé cette journée en réalisant des compositions colorées. Le jour de l’événement, l’un d’entre eux s’est placé devant les dessins de sa classe et interpellait tous les visiteurs. Il leur expliquait le principe de La Grande Lessive® et ce qu’il avait voulu dire à travers ses dessins. Les éducateurs présents n’en revenaient pas : cet enfant qui d’ordinaire n’était pas dans une communication cohérente et juste, était soudainement devenu un VRP de sa classe et de ses réalisations ! Ce moment rapporté par cette équipe permet de poser un regard nouveau sur cet enfant.

    Enfin, lors d’un atelier de préparation au sein de La Grande Maison*, j’apprends qu’un des jeunes résidents a un papa peintre. Lorsque j’explique que nous allons travailler quelquefois ensemble, tous sont partants, mais particulièrement ce jeune homme. Au fur et à mesure de l’avancée du projet pour le 28 mars, il fait des efforts énormes pour réaliser des peintures. Ses efforts sont physiques, mais aucune expression autre que la joie n’apparaît sur son visage. Pour l’édition d’octobre, il y aura un étendage dans le jardin du Musée des Beaux-Arts de Tours, lieu magique par sa beauté et ce qu’il peut représenter pour l’Art, mais aussi, pour ce jeune homme, par ce qu’il symbolise du lien avec son père. Son papa n’a jamais exposé dans ce lieu. Ce qui primera, le 17 octobre prochain, pour l’accompagnement de ce jeune, c’est de recueillir les regards, les moments entre ce jeune homme et ce papa autour de l’art réunis autour de l’art. Sans doute que dans ce cadre d’une « Grande lessive » étendue dans ce lieu d’art, le lien entre père et fils sera « classique » comme entre n’importe quel fils et son père, sans handicap, sans planning de soin. »

Glossaire

*GEM : Groupe d’Entraide Mutuelle. Ces groupes ont pour objectif de lutter contre l’isolement des personnes présentant un handicap psychique et/ou cognitif. 

*IEM : Institut d’Éducation Motrice. Établissement médico-social à but non lucratif spécialisé dans l’accueil d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes handicapés moteurs.

* ITEP : Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique. Ces établissements accueillent des enfants ou adolescents qui présentent des difficultés psychologiques et les accompagnent sur le plan éducatif, thérapeutique, et pédagogique.

* La Grande Maison : lieu de vie qui accueille des adultes en situation de handicap moteur prédominant (à la fois Maison d’Accueil Spécialisée et Foyer d’Accueil Médicalisé)

* Mutualité Française Centre-Val-de-Loire : La Mutualité Française est une institution regroupant des services et établissements sanitaires et médico-sociaux http://www.mfcvl.com/qui-sommes-nous

* SAMSAH : Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés. Ce type de service a pour objectif de contribuer à la réalisation du projet de vie des personnes handicapées en s’appuyant sur une dynamique d’insertion sociale. 

* SSIAD : Service de Soins Infirmiers à Domicile. Ces équipes interviennent à domicile pour dispenser des soins aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Ils contribuent au maintien des personnes à leur domicile.