Merci d'être présents au monde !

Merci d’être présents au monde !

 En suivant ce lien vous découvrirez La Grande Lessive® dans la Communauté de communes du Sud-Ouest amiénois :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/2015/03/25/la-communaute-de-communes-du-sud-ouest-amienois-fait-sa-grande-lessive-687669.html

Merci à tous ceux qui font exister cette action en discernant, bien au-delà des fils tendus, des pinces à linge et feuilles qui y sont suspendues, les déplacements et les conquêtes qui se réalisent.

Cette installation artistique éphémère possède, en effet, la fragilité des choses qui se disent ou se font pour la première fois au grand jour. La Grande Lessive® autorise la participation de tous pour faire œuvre commune. Telles sont, à la fois, sa singularité et sa force, en dépit des lieux communs ou des maladresses qui peuvent apparaître ici ou là.

Cette action collective souligne que la pratique artistique est une pratique sociale qui a sa place dans la cité ; que l’éducation et l’enseignement artistiques n’ont pas à être traités à la marge, alors qu’ils agissent au plus profond des êtres, afin de modifier le regard porté sur nous-mêmes comme sur autrui, ainsi que la compréhension du monde. Ce que dit une approche hâtive des étendages, relève parfois bien plus d’un constat du peu place laissé aux apprentissages et à l’état de leur pratique, que sur La Grande Lessive® et ceux qui la font. Chacun fait ce qu’il a appris à faire. Chaque réalisation laisse même entrevoir les modalités et les modèles actifs dans cet apprentissage. Ainsi, il s’opère, en quelque sorte, une évaluation sauvage et à chaud de l’état où nous en sommes collectivement, tout autour de la Terre, avec la pratique de « quelque chose de l’art ». À tous les déçus d’agir désormais là où ils se trouvent pour que le « niveau » monte pour atteindre celui du musée ! À tous les émerveillés de voir surgir ce qu’ils ne s’attendaient pas ni à découvrir ni à faire de prolonger, l’aventure en apprenant à la mener ! C’est ça un projet : apprendre ensemble grâce à l’expérience et au partage.

(Photo Muriel Denis) Saint-Pancrasse

(Photos Muriel Denis) Saint-Pancrasse

Un petit autoportrait de Rembrandt suspendu à un fil par deux pinces à linge à l’angle d’une rue battue par le vent

Regardées une à une, les réalisations manifestent une forme de timidité et de maladresse qui témoignent du fait de se sentir hors d’un cadre habituel, jusque-là supposé immuable. Comme imaginer présenter à d’autres ce que l’on a conçu soi-même quand est convaincu de ne pas être capable, et de devoir définitivement céder la place à d’autres, plus aptes à faire et à dire ce que l’on ne parvient pas soi-même à exprimer ou même à imaginer ?

Toutefois, l’un d’entre nous a-t-il tenté de laisser un petit autoportrait de Rembrandt suspendu à un fil par deux pinces à linge à l’angle d’une rue battue par le vent, de jour comme de nuit ? Ou bien de présenter ainsi une œuvre de Mondrian, Chaissac, Twombly, Dubuffet, Kelly ou De Kooning ? Qui tente l’expérience avec une œuvre authentifiée perdue parmi d’autres réalisations faites par tous en étant assuré que l’effet produit confirmera à tous que l’art se tient devant eux en toute sa puissance ?

Qui invite à faire ?

Qui tente l’expérience de faire sortir de leur cheminement les passants qui remontent les rues d’un pas pressé, pour attraper un bus, un tramway, un métro, ou pour rentrer chez eux parce qu’ils n’en peuvent plus ? Qui demande à des chômeurs, des mères de famille de plus de cinquante ans, des personnes âgées, des malades, des enfants de tous âges, des travailleurs sociaux, des prisonniers reclus, des artistes en tous genres, des enseignants, des animateurs, des élus au suffrage, des bénévoles d’associations ou des gardiens d’immeuble de dessiner un peu, de peindre s’il lui plaît ou bien photographier… Ajoutons le numérique, la photo au portable, l’impression d’une image, le collage-bricolage… Qui donc invite à faire en employant quels mots et pour aller vers quoi ?

ozuUOSeljzia_aE9ueVLCMWD9up2_WODXeokPvcMyYE=w338-h225-p-no

Les jours de La Grande Lessive®

La pince à linge ne tient pas, la feuille s’envole… avant d’être ramassée et accrochée de nouveau par une autre personne qui allongeait le pas en parallèle au fil. Mille fois cette scène, loin de l’indifférence, et pas un seul saccage, pas même des graffitis. Attention et respect. Voir dans l’installation le prix qui y est mis, la rareté du don qu’est le fait de montrer.

« Qu’est-ce que c’est ? ». Une tête apparaît entre deux réalisations intégrées à une rangée de supports colorés percés de fenêtres ovales qui captent la lumière et la posent au sol. Après avoir argumenté pour inviter les uns et les autres à contribuer à un projet commun, après avoir créé du lien sur un territoire, obtenu autorisations et moyens, avoir tendus les fils… voilà le temps de l’échange qui donne sens à ce qui est fait. Ce n’est pas tous les jours qu’il est possible de parler d’art, des conceptions et des compétences de chacun, de revenir sur l’enseignement reçu, sur l’exclusion scolaire et sociale, et sur le cheminement personnel entrepris par la suite… Ce n’est pas tous les jours que l’on prête attention à soi-même et aux autres. Instantanés : deux hommes âgés sur un banc d’une place, ne savent pas écrire, alors pour dessiner… impossible disent-elles ; de jeunes adultes handicapés mentaux viennent accrocher leurs réalisations : « C’est formidable ce que font des enfants des cinq ans ! Merveilleux ! S’ils peuvent le faire, alors nous aussi on peut! ».

Nous reviendrons sur ce qui se dit, entre autres, grâce à vos témoignages et à ceux que nous avons collecté à Lyon, Carcassonne, Marseille et dans la communauté de communes du Sud-Ouest amiénois où nous sommes allés filmer pour réaliser un projet grâce au soutien de l’Acsé. Les équipes de La Grande Lessive® en sont revenues bouleversées par tant d’engagement et de moments précieux partagés entre des personnes qui, le plus souvent, ne se seraient pas rencontrées sans cette action. La participation des personnes de tous âges et de toutes conditions a confirmé l’intérêt d’une action ouverte à tous et celui de la pratique artistique. À Poix-en-Picardie, la recyclerie dédiée à la réinsertion sociale est restée ouverte durant 24 heures, « de jour comme de nuit », pour faire vivre La Grande Lessive®. Ne pas dormir, être là, présents au monde ! En traversant de nombreuses villes ou en territoire rural, La Grande Lessive® développait l’une de ces résurgences réservées à l’eau qui court comme celle qui alimentait les lavoirs d’autrefois.

Recevoir des messages par centaines n’est pas la même chose, que de constater une présence sur un même territoire, cependant, dans l’un et l’autre cas il y a l’émotion… L’émotion également des participants qui comprennent que d’autres, ailleurs agissent de même et qu’ils ne sont pas (les) seuls. Le plaisir de recevoir des nouvelles de l’Ile de la Réunion, du Viet-Nam ou de Lomé quand nous tendons nous-mêmes des fils… Mais l’émotion ne suffit pas. Nous vous invitons à prolonger cette action avec nous en octobre à l’occasion d’une prochaine édition dont la date et l’invitation seront rendues publiques avant le 20 avril, et peut-être d’ici là car la dynamique impulsée invite à inventer et à se retrouver.

Saint-Pancrasse

En regardant la vidéo réalisée par le Lycée français de San Salvador (que nous remercions chaleureusement), n’oubliez pas : ne regardez pas les fils, mais ce qu’il y a derrière…