Pistes de travail 18 octobre 2018

Thésée dans le labyrinthe, Édouard Coley Burne-Jones (1833-1898)

Qu’est-ce qu’une piste ?

  Une piste permet de passer de l’inaction à l’action, de l’absence de pratique artistique à l’amorce d’une démarche.

  En aucune manière, ce qui est indiqué ici sous cette dénomination n’a vocation à être imposé à d’autres personnes. Les pistes publiées le sont afin de nourrir une réflexion personnelle et si les réalisations conçues pour la prochaine Grande Lessive venaient à se ressembler (dans une même classe ou collectif), si les références à certain(e)s artistes conduisaient – non pas à découvrir sa propre manière de faire – mais à les imiter, plus ou moins maladroitement, nous en serions attristés. En effet, nous visons l’autonomie de chaque participant(e) et non le respect d’un modèle qui irait à l’encontre même de ce qu’enseignent les pratiques artistiques.

  Ces pistes sont réservées à un usage personnel. Toute diffusion sur tout type de support (site, document de stage, etc.) doit faire l’objet d’une convention et d’une rétribution.

Étendage de La Grande Lessive

   » Une installation : un fil, des fils, une trame »

  Le compte Facebook propose, au jour le jour, des approches de l’invitation. Pour en faciliter l’accès, vous pouvez consulter la rubrique  » En direct de notre compte FB » sur ce site.

  Tentons ici d’ébaucher une méthode afin d’en inventer d’autres par vous-même.

Blanca Casas Brullet 

Une méthode ?

  La recherche de pistes de travail débute par le questionnement des mots qui composent l’invitation. À chaque « Grande Lessive  » correspond, en effet, une invitation qu’il y a à explorer afin que les participant(e)s à cette installation artistique agissent en connivence : il ne s’agit pas de dupliquer une solution, mais d’interroger une base commune. Ce sera de la diversité des voies explorées dans le respect de la proposition initiale que naîtra l’intérêt de cette réalisation collective.

 Dans le cas présent, la méthode est judicieuse ! En effet, il est question d’ « installation » à réaliser. L’invitation insiste sur le fait que La Grande Lessive® est une installation artistique éphémère faite par tous. Il y a ainsi à se demander ce qu’est une installation, en général et dans un contexte artistique. Ensuite, la dimension éphémère de cette installation, de même que son caractère participatif, seront à prendre en considération (Pourquoi ne pas concevoir une œuvre qui se conserve et choisir une durée limitée à une journée ? Comment travailler ensemble et réaliser néanmoins quelque chose de singulier ? Quel(le)s artistes agissent ainsi, depuis quand ? Etc.).

Chiraru Shiota

 » Un fil, des fils, une trame «  proposent, en quelque sorte, un mode d’emploi en vue de concevoir cette installation. Ce sont à la fois des matériaux, des outils, des procédés, une esthétique, des espaces, des interactions, etc. qui peuvent par leur entremise être appréhendés. Chaque terme peut faire l’objet d’investigation, toutefois il n’y a pas à n’en retenir qu’un seul, car l’invitation demande à les associer.

 De plus, il y a à conserver ou intégrer le principe de toute « Grande Lessive ». L’installation doit, de ce fait, comporter une part collective et une part individuelle sous la forme de réalisations de format A4 imaginées à partir de : « Une installation : un fil, des fils, une trame ».

Étendages de La Grande Lessive : ? et Iles Marquises

Une trame

Intéressons-nous à la trame et partons de sa définition afin d’explorer ses redéfinitions artistiques.

Sa définition :

  • Sens propre : ensemble des fils qui se croisent avec les fils de chaîne, dans le sens de la largeur, pour constituer un tissu. (Un tapis usé jusqu’à la trame) Technique : film finement quadrillé utilisé en photogravure.
  • Au figuré : ce qui constitue le fond et la liaison (d’une chose organisée), la trame d’un récit.
  • Son synonyme est texture.

Quelques œuvres à découvrir :

Drôles de trames exposées au Fesnoy

Ground Alt image 4 sur 6

Sidival Fila

Vincent Mauger, Sans titre, Briques cuites, 2012

 

Des ressources

 Explorer des ressources en ligne, lire, se rendre dans un musée ou un centre d’art, place en relation avec des propositions susceptibles de faire écho à vos interrogations en apportant des éléments concrets capables d’orienter votre démarche.

 Il y a également à puiser dans l’Histoire des mythes, des récits, des usages, des œuvres et des ouvrages… qui étayent les réflexions et provoquent la rêverie, en parlant d’installation, de fil(s), de trame…

Les enfants de la nuit, John Melhuish Strudwick (1849-1835)

Ariane représentée sur un vase grec

Thésée et le Minotaure, Maître anonyme vers 1510-1520

En savoir plus sur le mythe de Dédale et Icare

Pénélope

En savoir plus sur les héros et héroïne homériques grâce au dossier de la Bnf