Repères

Une sélection restreinte de repères est proposée ici afin de susciter réflexion et création. Avant de les découvrir, la lecture de l’invitation est conseillée car, sans cet ancrage, ils n’ont pas de sens ! En effet, les repères témoignent de l’histoire de connaissances, de pratiques, d’usages et de créations utile à l’invention plastique. Aller des pistes de travail aux repères permet de trouver des idées afin d’élaborer une démarche attentive, à la fois, à l’invitation commune et à vos options et repères artistiques personnels.

L’homme du puits de la grotte de Lascaux, France :

L’une des peintures les plus célèbres de la grotte de Lascaux est celle de L’homme du puits. Un oiseau figure à ses côtés. Elle date du Solutréen, soit 20 000 ans avant notre ère.

https://archeologie.culture.fr/lascaux/fr/datation-figures-lascaux

Léonard de Vinci (1452-1519) :

Léonard de Vinci rédige en 1505 le « Codex sur le vol des oiseaux » en écriture spéculaire. Il y étudie le vol des oiseaux et propose des dessins de machines volantes.

https://www.cite-sciences.fr/au-programme/expos-temporaires/leonard-de-vinci/manuscrits-leonard-vinci/acc/vol-oiseaux-vents.html

Jean-Jacques Audubon (1785-1821) :

Un pionnier : premier grand naturaliste américain et dessinateur de grand talent, Jean-Jacques Audubon s’est surtout intéressé aux oiseaux. Il est l’auteur d’un ouvrage paru à Londres entre 1827 et 1838, « Les oiseaux d’Amérique », considéré par Cuvier comme « Le plus magnifique monument que l’art ait jamais élevé à l’ornithologie ».

https://www.faunesauvage.fr/fsacteurassoc/audubon-jean-jacques

Les planches d’Adolphe Millot (1857-1921) :

Entre autres planches d’œuf, de plumes et d’oiseaux.

http://data.abuledu.org/wp/?terms=Adolphe%20Millot%20(1857-1921)

Museum national d’Histoire naturelle Paris :

« La collection d’oiseaux comprend environ 130 000 spécimens mis en peau, dont 2 500 types, 600 d’entre eux ayant été validés, et quelque 400 spécimens d’une centaine d’espèces disparues ou en voie de disparition, 30 000 spécimens montés sur socle, 6000 squelettes et de petites collections d’Oiseaux en alcool, de nids et d’œufs. Elle se répartit en plusieurs sous-collections, localisées, soit à proximité des équipes de recherche de Zoologie des Mammifères et Oiseaux ou d’Anatomie comparée (squelettes), dans la réserve des grands spécimens (mises en peau), à la zoothèque (principalement montages, œufs et alcools).

Une collection de prélèvements de sang et d’organes (quelques milliers d’échantillons) accompagne la plupart de préparations récentes. Cette collection de tissus est, pour le moment, majoritairement à usage interne (chercheurs, étudiants de thèse ou master). Des envois de tissus sont cependant effectués dans le cadre de projets de recherche (français ou internationaux) hors muséum. Un inventaire général des spécimens en peau, réalisé au niveau spécifique, montre 75 % des espèces (parmi les 10 000 reconnues à ce jour) sont représentées dans ces collections.

Les types font l’objet de la publication de catalogues par familles ou ordres. Pour l’heure, 28 500 spécimens sont consultables en ligne, mais seule la collection d’oiseaux en peau de France et celle de squelettes ont fait l’objet d’une informatisation systématique. »« Les collections sont le fruit de nombreuses missions réalisées depuis la fin du XVIIIe     siècle. Buffon et P. Sonnerat figurent parmi les premiers contributeurs historiques. De nombreux ornithologues et explorateurs l’ont enrichie par la suite. Trois grandes collections ont ainsi été léguées au Muséum : celles des frères Verreaux, du Dr Marmottan, et d’A. Boucard. Au début du XIXe siècle, de belles collections d’Amérique du Sud ont été rapportées par Delalande, Alcide d’Orbigny, et de Castelnau. Plus tard dans le siècle, d’importantes collectes ont été envoyées par le Père Armand David (Asie), A. Marche (Afrique, Philippines, Mariannes), L.-R. Germain (‘Cochinchine’, Nouvelle-Calédonie), et, au XXe siècle, par G. Babault (Inde et Afrique équatoriale), R. Malbrant (Afrique) et J. Delacour (Indochine et Madagascar) notamment. Parmi les plus grosses contributions, on peut citer les collections rapportées par les grandes expéditions françaises de la première moitié du XIXe siècle, comme celles du « Naturaliste » et du Géographe » (capitaine N. Baudin), de « L’Uranie » (L. de Freycinet,), de « La Coquille » (I. Duperrey), de « La Thétys » et de « L’Espérance » (H. de Bougainville), « L’Astrolabe » (J. Dumont d’Urville). »

Le Muséum national d’Histoire naturelle présente, au Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes, une sélection d’ouvrages, d’estampes, de dessins et d’aquarelles ornithologiques : couleurs, matières, mouvements, les artistes naturalistes ont toujours rivalisé avec la nature elle-même afin de peindre la beauté des oiseaux, pour l’intérêt des scientifiques et le plaisir des profanes. Ces illustrations remarquables sont également mises en regard de certains beaux spécimens naturalisés, permettant ainsi de comparer l’image et le modèle.

https://www.mnhn.fr/fr/collections/ensembles-collections/vertebres/oiseaux

Antoine-Louis Barye (1795-1875) :

Antoine-Louis Barye, sculpteur et peintre français, renommé pour ses sculptures animalières.

Étude des proportions d’une aile d’oiseau ; tête d’oiseau https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020117008

Sculptures de François Pompon (1855-1933) :

François Pompon est un sculpteur français connu pour ses sculptures animalières caractérisé par la simplification des formes et des surfaces polies.

https://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/sculpture/commentaire_id/chouette-20268.html?tx_commentaire_pi1%5BpidLi%5D=842&tx_commentaire_pi1%5Bfrom%5D=729&cHash=3232a3c559

Installation de Céleste Bouriser-Mongenot (né en 1961) :

Céleste Boursier-Mongenot est un compositeur et plasticien français.

https://www.youtube.com/watch?v=7h518W48BgI

Jean-Luc Verna (né en 1966) :

Jean-Luc Verna est un artiste actif dans les arts plastiques et scéniques.

2021-06-07T11:13:57+02:00

Taille de la police